Document IIF

Réponses au stress des micro-organismes à basses températures.

Stress responses of microorganisms to low temperatures.

Auteurs : ABEE T., ROMBOUTS F. M.

Résumé

Les environnements naturels ainsi que les environnements façonnés par l'homme sont colonisés par des micro-organismes qui non seulement survivent au froid, mais encore sont capables de survivre aux basses températures, autour de 0 deg C. On utilise le terme psychrotrophe pour désigner ces organismes tolérant le froid, leur température maximale de croissance étant au-dessus de 20 deg C. Les micro-organismes psychrotrophes sont communs dans les aliments, et peuvent se développer aux basses températures. L'utilisation grandissante d'aliments congelés, et particulièrement d'aliments refroidis (aspect pratique) au cours des dernières années, et le délai parfois de plus en plus long entre production et consommation, a beaucoup augmenté l'importance des bactéries psychrotrophes dans les industries alimentaires. On a mené des études diverses, principalement sur les bactéries mésophiles comme Escherichia coli et Bacillus subtilis. Les adaptations nécessaires à la croissance à basse température impliquent des modifications de la fluidité de la membrane, du contrôle de la synthèse des protéines, et de la production des protéines du stress dû au froid. On étudie les implications pour l'entreposage des aliments.

Documents disponibles

Format PDF

Pages : 349-358

Disponible à partir du 01/12/2022

  • Prix public

    20 €

  • Prix membre*

    Gratuit

* meilleur tarif applicable selon le type d'adhésion (voir le détail des avantages des adhésions individuelles et collectives)

Détails

  • Titre original : Stress responses of microorganisms to low temperatures.
  • Identifiant de la fiche : 1996-0927
  • Langues : Anglais
  • Source : For a Better Quality of Life. 19th International Congress of Refrigeration.
  • Date d'édition : 20/08/1995
  • Document disponible en consultation à la bibliothèque du siège de l'IIF uniquement.

Liens


Voir d'autres communications du même compte rendu (488)
Voir le compte rendu de la conférence